Elle & Lui, entre les deux... l'Atlantique.

Elle & Lui, entre les deux... l'Atlantique.

La nouvelle ELLE entre en scène

 

Jour 1

7 heures du matin, rue du Vice

 

Je rentre chez moi, après une drôle de nuit. En fait, je vis des drôles de choses depuis un certain temps. Et cette dernière nuit, passée chastement auprès d’un (presque) parfait inconnu, n’est pas en reste.

 

Il y a eu cette rencontre avec ELLE, dans l’univers virtuel, puis dans la vraie vie, et cette extraordinaire coïncidence… Tout ce temps, nous étions voisines ! Puis cet échange, par webcam interposée, avec LUI, un peu surprenant et imprévu, mais combien excitant. Et cette proposition audacieuse qu’ELLE m’a faite il y a quelques jours… La remplacer auprès de LUI ! Bien que j’ai déjà exprimé un vif intérêt à faire sa connaissance (sa poésie m’avait troublée et l’envie de rencontrer l’auteur de cette prose envoûtante me titillait depuis un certain temps), ce qu’elle me demandait dépassait largement ce que j’avais secrètement imaginé, et m’intimidait quelque peu.

 

Je comprends le stratagème de ELLE. Elle ne veut pas le laisser seul. Elle me demande de prendre soin de LUI. Mais je ne suis pas certaine qu’elle mesure bien l’état de tristesse dans lequel elle le plonge, le deuil qu’il aura à faire. Mais elle le connaît mieux que moi… Peut-être qu’au contraire, elle sait à quel point il a besoin d’une femme à ses côtés pour mieux traverser les épreuves de la vie… Qui sait ? Il aura peut-être envie de passer les quelques jours qu’il lui reste à Montréal en ma compagnie. En tous les cas, c’est le pari qu’elle a fait, et que j’ai accepté de faire avec elle.

 

Mais pour le moment, j’ai besoin de dormir. Les chambres d’hôtel sont intéressantes mais je n’y dors jamais très bien. En me glissant sous mes draps, je pense à LUI que je ne connais pas, que je sens fragile, vulnérable. Je me demande ce qu’il pensera à son réveil… Il aura peut-être l’impression d’avoir rêvé… Il sera en manque d’ELLE. Difficile de présumer ce qu’il pensera de ma petite note, ce qu’il en fera. Je me demande s’il aura envie de me revoir. Je n’ose pas trop l’espérer.

 

Le sommeil tarde à venir… Je rêvasse… Je me laisse bercer par les souvenirs de cette drôle de nuit. Je revois son corps nu, cette virilité complètement abandonnée aux bras de Morphée. J’ai profité de ce moment pour le reluquer à ma guise, pour admirer cette charpente d’homme bien solide, sans être trop costaude, comme je les aime. J’ai passé mes doigts tendrement dans cette chevelure à la teinte blonde foncée. J’ai aimé ce look de mauvais garçon avec une barbe de trois jours. Je me suis imaginée ces belles mains de pianiste parcourant mon corps délicat. Je me suis permis de glisser mes doigts sur ce torse plutôt imberbe et mon imagination s’est enflammée. J’ai présumé de son raffinement vestimentaire, le voyant déjà déambulant dans les rues de Montréal, à mes côtés, chemise blanche et pantalon noir… L’élégance toute française ! Je l’ai respiré, humé et ai détecté un parfum que j’adore, puissant, très viril, aux effluves poivrées. Cette odeur, mélangée à celle du sexe qui embaumait la pièce, m’a complètement enivrée. Délicieux… tout simplement délicieux. Et lorsque je me suis risquée (tant qu’à y être) à zieuter sa verge au repos, mon cœur s’est emballé ! Dire que je ne l’ai pas tout de suite imaginée fièrement dressée entre mes seins serait vous mentir éhontément !

 

 image.jpg

 

 

Et voilà qu’à la pensée de tout ça, mon corps s’échauffe, se contracte en des endroits névralgiques. Je suis nue et l’effleurement du drap sur ma peau me procure de douces sensations. Une tension monte progressivement et je sais que si je veux réussir à dormir, il me faut apaiser ce volcan intérieur. Mon sexe est gonflé, gorgé. Je l’effleure de mes doigts. Il frétille. Il s’émoustille. Mes mains caressent mon bas ventre, l’intérieur de mes cuisses. Mon dos se cambre. Je me caresse les seins. Bien que n’étant pas aussi volumineuse que d’autres poitrines que je désire parfois, le galbe de mes seins me donne souvent envie… Je m’imagine une bouche me dévorant avec avidité et je sens mon sexe se liquéfier. Une de mes mains lâche un sein pour aller vérifier l’état de lubrification de ma chatte. Mon entrejambe est bien mouillé mais je résiste encore à l’envie de stimuler mon clitoris. Je me caresse les lèvres, je recouvre bien mes doigts de ma cyprine et je les porte à ma bouche. Me goûter est très excitant. Puis des images envahissent mon cerveau et je le vois LUI, habillé avec élégance, me regardant avec envie, se délectant du spectacle. Son regard est lubrique, cochon. Son érection est bien visible à travers son pantalon. M’imaginer lui offrir ce spectacle, me suçant les doigts en guise de provocation, quintuple mon niveau d’excitation et m’incite enfin à plonger l’autre main dans mon sexe. J’approche ma zone sensible avec délicatesse mais rapidement, je sens le besoin d’accélérer la cadence. Et je m’imagine lui demandant, l’implorant de me montrer sa verge bien bandée. Je veux qu’il se branle et qu’il m’inonde de sa semence. Je veux qu’il explose sur moi. Et c’est au moment où j’imagine cette belle coulée blanche m’asperger les seins, le visage, que la vague de mon orgasme me submerge et que tout mon corps est pris de convulsions. Une série de tremblements intérieurs se succèdent, puis tranquillement, la houle se retire et je refais surface… Pour mieux sombrer, à mon tour, dans les merveilleux bras de Morphée !

 


Plus tard, le même jour

 

Je me réveille en sursaut, réveillée par la sonnerie de mon portable. Il est 14 heures. Ouf ! On dirait bien que j’avais besoin de sommeil ! J’étire mon bras vers la table de chevet. Mon cœur sursaute… J’ai un texto d’un numéro inconnu :


- Est-ce vous mon rêve ?

 

Je m’empresse de répondre :

 

- Je suis bien réelle ;-)

 

Après quelques minutes d’attente :

 

- Qui êtes-vous ?
- La nouvelle ELLE… si vous le voulez bien…
- Était-ce vous cette nuit ?
- Oui.
- Votre visage me rappelait quelqu’un… est-ce possible ?
- Vous souvenez-vous d’une soirée pas si lointaine, sur votre webcam… deux femmes ?
- Oh !!! C’est vous ???
- Oui :-) J’avais envie de vous rencontrer…

 

Quelques minutes passent. On dirait qu’il hésite. Peut-être que tout cela est un peu intimidant… Mon cœur s’emballe. J’ai tellement envie de le revoir… S’il décidait de plier bagage et de rentrer au plus vite chez lui, de l’autre côté de l’Atlantique… Puis, soulagement, la vibration tant attendue :

 

- Je suis un peu pris de court… Je ne m’attendais pas à ça… À rien de tout ça en fait !
- Je vous comprends… Ça fait beaucoup à encaisser en peu de temps.
- Oui, en effet !
- Vous êtes à Montréal quelques jours si mes informations sont correctes…
- On ne peut rien vous cacher (évidemment) ;-)
- Puis-je m’offrir pour vous faire découvrir quelques jolis endroits de la ville ?
- Honnêtement, je me sens un peu largué en ce moment… C’est un peu le brouillard dans ma vie depuis quelques mois d’ailleurs. Sortir me balader me ferait certainement du bien… et comme je ne connais pas très bien votre belle ville, les services d’une charmante guide ne seraient pas de refus.
- Trop heureuse :-) Rendez-vous à la Place Jean-Paul-Riopelle (juste devant votre hôtel) dans une heure ?
- D’accord. Au plaisir de faire votre connaissance nouvelle ELLE ;-)


Houlala !!! Alea jacta est… je suis toute excitée!

 

A suivre dans La nouvelle ELLE entre en scène (suite)



04/10/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres