Elle & Lui, entre les deux... l'Atlantique.

Elle & Lui, entre les deux... l'Atlantique.

Riviera partie 2 : l'étole (suite de ma deuxième rencontre avec ELLE)

image.jpg

 

 

Samedi, 9 h 30 : nous sortons du train en même temps qu'un autre couple. Lui, la cinquantaine « très tassée », me fixe avec un regard noir. Elle, belle quadragénaire, me regarde en coin avec un petit sourire. Visiblement, la nuit avec ELLE a été un peu trop bruyante, mais n'a pas inspiré Monsieur. Madame par contre... Discrètement, elle glisse une carte de visite dans ma veste et part de son côté.

Pour notre séjour, une amie m'a prêté sa maison située dans l'arrière pays. Nous louons une voiture et nous nous y rendons pour poser nos bagages et prendre une douche... un peu coquine. Puis nous partons pour Monaco visiter le musée océanographique, déjeuner et être tous les deux.

19 h 30 : de retour à Nice, nous parcourons main dans la main la Promenade des Anglais, le long de la mer. Le soleil décline un peu, je suis heureux, ELLE est magnifique...

 

Brusquement, mon regard se fige : je reconnais une femme assise sur un banc. Elle est brune, cheveux longs, son maquillage est très soigné et elle est d’une élégance naturelle. Elle porte une robe noire et une jolie étole couleur prune. À côté d'elle une valise, dans ses yeux des larmes, sur son visage une expression de colère et d'exaspération.

Mademoiselle S., que j'avais rencontrée deux semaines auparavant à Genève, vient de lever la tête.

Lorsqu'elle me voit, un sourire illumine son doux visage. Elle se redresse et, malgré la présence d'ELLE à mes côtes, se jette dans mes bras. Puis elle embrasse ELLE comme si elles étaient déjà amies. Je fais les présentations. Comme nous nous disons tout, ELLE connaît déjà les détails de ma nuit genevoise. Mademoiselle S. est, quant à elle, devenue lectrice de nos rencontres. En fait, mes deux amies ont déjà parlé ensemble un soir.

 

Mademoiselle S. se trouvait à Nice à cause d’un rendez-vous manqué : un homme qui, finalement, n’était pas venu la rejoindre. Elle retournait à l'aéroport lorsque nous l’avions croisée. Mais ELLE propose à Mademoiselle S. de passer la soirée avec nous : "Il n'y’a pas de raison qu'une amie de LUI dorme à l'aéroport". Un peu gênée, Mademoiselle S. finit par accepter.

Nous partons vers le vieux Nice à la recherche d'un restaurant. Mes deux amies parlent beaucoup, j'adore écouter ce dialogue entre les accents québécois et suisse. Nous nous installons à une terrasse. Le vin blanc aidant, nos dialogues deviennent savoureux : je raconte une rencontre que je n'ai pas encore écrite (l'inauguration d'une mairie "intelligente"), puis Mademoiselle S. raconte cette fameuse nuit genevoise de son point de vue et ses quelques autres expériences troublantes. Puis ELLE nous parle de ses fantasmes et d'une rencontre récente.

 

Mais un orage éclate juste avant le dessert. Nous courons nous abriter à l'intérieur du restaurant. Mes deux amies s'assoient côte à côte sur une banquette, je m'assois en face d'elles. Nous n'allions pas partir avant d'avoir dévoré nos glaces ! Toutes les deux sont gourmandes. Je souris car j'adore ça.

Pour la première fois depuis le début de la soirée, un silence s'installe. J'ai en face de moi deux femmes dont les yeux me troublent tellement que j'en fais tomber ma cuillère. En me baissant pour la ramasser, j'observe que la main d’ELLE caresse la cuisse de Mademoiselle S., qui semble guider cette main plus haut, vers son entrejambe. Le pied de Mademoiselle S. se frotte contre la jambe d’ELLE. Cette scène me surprend tellement que j'oublie que j'ai la tête sous la table. Je me relève, brutalement...

Ouille ça fait mal ! Après un éclat de rire, les deux paires d'yeux de mes amies se posent sur moi, d'un air très coquin...

Je finis par lâcher : "Bon j'ai compris, je paye l'addition !..."

 

Vite, retourner à la villa…

Durant le trajet, je fais appel à toutes mes ressources de concentration et de vigilance pour éviter de mettre la voiture dans le fossé. Assises à l'arrière, ELLE et Mademoiselle S. échangent quelques baisers et des caresses, j'entends leurs rires et quelques mots doux...

Une fois arrivés, ELLE m'arrache les clés des mains et va ouvrir la porte, tandis que Mademoiselle S. me bande les yeux avec son étole. Je suis désormais aveugle. Nous entrons...

 

Je suis guidé à l'étage, dans la chambre, et j'entends des éclats de rires. Je sens des lèvres m'embrasser le cou, des mains qui déboutonnent ma chemise et mon pantalon. Me voilà presque nu. J’entends deux bruits sourds, des vêtements qui tombent par terre. Je suis ensuite invité à m'asseoir et écarter les bras. Deux corps nus ont pris place de chaque côté.

J'embrasse ma voisine de gauche. Je reconnais le parfum de Mademoiselle S., la saveur corsée de ses baisers...

Puis je me tourne à droite, où ELLE reçoit un autre baiser, aussi chaud, aussi intense. Que j'adore son odeur. ELLE m'entoure de ses bras et m'allonge....

Pendant ce temps Mademoiselle S. embrasse ma poitrine, mon ventre. Et enlève mon boxer pour embrasser mon sexe puis le goûter avec gourmandise...

De son côté, ELLE cesse de m'embrasser et s'assoit sur mon visage... Ah !... le goût de ELLE, ce que je l'aime... Je pourrais la lécher pendant des heures, d'abord parce qu'elle est délicieuse mais aussi parce qu'elle aime ça... Et son cul... quel enchantement... Je me régale en la parcourant de ma langue, dégustant chaque centimètre de peau, chaque orifice...

 

Quant à Mademoiselle S., elle me gâte et me fait passer un moment exquis... Au bout d'un moment elle décide de jouer à un autre jeu. Je sens qu'elle s'assoit sur moi et saisit mon sexe. J'éprouve la douce sensation d'être en elles par ma langue et mon sexe. Mes yeux étant bandés, les quatre sens restant semblent décuplés. J'entends des gémissements mêlés et quelques échanges de baisers, une main qui caresse une peau, des mots de tendresse... Je sens et je déguste l'intimité de ELLE en fin gourmet. Et le contact des peaux et des sexes me donnent l'impression de flotter dans les airs. Je suis leur chose consentante... J'aime ça... C’est doux et sensuel, sans démonstration de force… des plaisirs partagé....

Momentanément rassasiée, ELLE s'allonge près de moi. Elle retire l'étole puis embrasse mes joues, ma bouche... Elle regarde ensuite Mademoiselle S., si belle et sensuelle, en train de prendre beaucoup de plaisir sur moi... Elle l'encourage en lui tenant la main, caressant ses cuisses et en lui parlant doucement. Elle est heureuse de partager son homme avec une amie… La main de Mademoiselle S. se met alors à masser délicatement l'entrejambe d’ELLE... Tout est en place pour un feu d'artifice de plaisir... encore des caresses, encore des baisers, encore ces corps unis et cette chaleur qui semble nous consumer de l’intérieur, encore ces picotements qui annoncent l’arrivée de l’orgasme… Et nous jouissons tous les trois à l'unisson...

 

Foudroyée, Mademoiselle S. vient s'allonger entre nous, un sourire illuminant son visage. Nous l'embrassons tous les deux. Ses yeux pétillent de malice... Elle finit par nous dire qu'elle se sentait tellement bien avec nous qu'elle avait osé aller au bout de ses envies... Elles sont radieuses... De mon côté, je vous laisse deviner...

Il est presque minuit. Allongé dans le Spa face à mes deux amantes, je les écoute parler et rire, tout en regardant leur corps et les caresses qu’elles échangent tendrement... La nuit sera longue et coquine, en toute complicité, en toute amitié. Une nuit de partages et de plaisirs, où chacun en donnera et en recevra beaucoup...

 

Le séjour d'ELLE s'est poursuivi somptueusement, qui sait ce que nous réserve la suite...

 

#Lui le 15/03/2014

Corrections par Ozalide.net



15/03/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres