1450247_581653791889064_1757505661_n.jpg

 


Je sais : je suis fou ! Tout le monde me le dit…

 

On est vendredi après-midi et je suis dans un avion pour rencontrer une femme dont j’ignore le nom, le visage et l’endroit précis où elle se trouve… Je connais juste le nom d’une ville… Vous me croyez maintenant ?

Pour me retrouver dans cette situation, il avait suffit d’une poésie et d’une image, que cette femme mystérieuse m’avait dédié sur son blog… Douze vers, quatre strophes… Et j’étais devenu fou… Impossible de travailler et une idée fixe : aller la voir, lui parler tout de suite… Tout ce que je savais d’elle, c’était qu’elle habitait à 2000 kilomètres de chez moi, dans un pays lointain et chaud, et qu'elle y tenait un pub… Qu’importe je devais m’y rendre… Vendredi après-midi : je décolle, direction le sud…

 

Deux heures et demi plus tard me voilà comme un con, dans un pays dont j’ignore la langue, dans une ville que je ne connais pas, à chercher un pub tenu par une femme dont la seule photo que je connais à été malencontreusement effacée.

Je suis fou à lier…

 

C’est dans le taxi que je me sens réellement ridicule : je mets cinq minutes à expliquer au chauffeur que je veux simplement aller au centre ville…

 

Arrivée à 21 heures. Les rues sont animées, les gens ont commencé à dîner, l’ambiance est festive… Et moi je suis complément perdu, j’ai soif et faim.

Tiens, ça parle français derrière moi… Sauvé, des étudiants français…

 

"Bonsoir… Je cherche un pub tenu par une française, vous connaissez ?"

"Oui, à trois rues d’ici, on la connaît bien, elle est sympa"

"Et elle a un accent à couper au couteau !…"

 

C’est bien elle !

 

"On vous emmène on passe devant."

"Merci le jeunes…"

 

Me voilà arrivé, j’entre… Mais sera-t-elle là ?

Je me dirige vers le bar et demande un mojito, au moins je me fais bien comprendre… Dans le pub, ça va, ça vient, ça discute… Le barman me tend mon verre et machinalement je lui répond "merci" en français … Il me sourit et fait un signe à une personne dans la salle…

Je me retourne et vois une ravissante brune, vêtue d’une robe noire toute simple mais sexy et perchée sur d’élégantes chaussures à talons hauts. Et quelle tenue, quel maintien ! Dans ses mains, un plateau avec des verres vides…

Ça c’était avant de croiser mon regard…

 

La seconde suivante, elle lâche son plateau, dont le contenu explose à ses pieds sans la blesser… Une seconde passe et elle est déjà dans mes bras… Dix secondes de plus et nous sommes dans la réserve du pub, enlacés, fiévreux, pris d’une pulsion soudaine et irrépressible… Je dévore littéralement ses lèvres, son cou. Dans un geste ferme, ouvre brutalement ma chemise et embrasse ma poitrine… Je fais glisser sa robe et découvre ses seins, nouveaux baisers, intenses, fougueux…

N’y tenant plus je la prends dans mes bras et la dépose délicatement sur une table… J’ai envie d’elle toute de suite, c’est réciproque… Comme des amants longtemps séparés, nous faisons l’amour sauvagement, intensément… Et tout finit dans deux cris…

Silence…

Puis :

 

"Mais que fais tu là ?"

"Juste tes mots de ce matin, je devais te voir"

"T’es con…"

"Je sais…"

"Allez rhabille toi et viens manger un truc…"

 

Retour dans le pub… Regard amusé des clients et du personnel… Elle reprend son service… Je l’observe ; son sourire fait merveille, elle semble appréciée par tout le monde… Elle m’a installé sur une table, je dîne, je la regarde, elle me sourit quand elle passe près de moi, me parle quand elle le peut, le moment est délicieux et la cuisine aussi…

Vers minuit elle parvient à s’échapper avec moi… Elle me conduit chez elle, pas question que je prenne un hôtel sinon "je te coupe les oreilles et la queue !". Dix minutes plus tard nous sommes sous la douche, enlacés, heureux de se retrouver… Je l’entoure de mes bras et laisse l’eau couler sur elle…

Moment sage et tendre, quelques larmes coulent… Sur ses joues aussi…

Elle s’habille d’une simple serviette et me prend la main… Sa chambre est à l’étage, son lit nous accueille. La pleine lune éclaire la pièce, la nuit peut commencer ; je caresse ses cheveux, son dos, ses seins, ses jambes, je reçois ses caresses en retour… De nouveau excitée elle s’assoit sur mon visage. Ma langue parcourt et goûte son sexe… Elle est épicée, tout comme sa cuisine… Quelques baisers puis de nouveau ma langue, qui s’attarde quelquefois, rentre, sort, tourne… Elle reste sur moi longtemps, savourant l’instant, en appuyant de temps en temps ses mains sur le mur… J’ai faim, faim d’elle, encore… "Encore te goûter, encore te déguster, tu me rends fou…" La lune éclaire son corps, j’ai l’impression de contempler une photo en noir et blanc… très animée… Savoureuse…

Au comble de l’excitation, elle m’invite à la prendre par derrière ; elle s’allonge sur le ventre et écarte les jambes… Je masse doucement son dos et ses fesses puis la pénètre doucement… Pendant un instant je ne bouge plus… Un frisson semble nous parcourir, elle pousse un soupir de plaisir… Mes mains caressent son dos, ses reins… Et tout doucement je commence à aller, venir, aller, venir, doucement, aller, venir encore, puis plus vite… J’attrape ses épaules d’une main ferme… allez plus vite… j’attrape ensuite ses cheveux… Plus fort… Je me rapproche, ma poitrine est contre son dos… Encore… Ses gémissements deviennent cris… Continuer… Nos corps sont au bord de l’explosion… Chaleur… Je la mordille doucement… Ses hurlements… Nos corps se tendent… Orgasme libérateur…

Le réveil indique trois heures… Elle s’est blottie contre moi et a refermé mes bras sur elle… Nous nous endormons ainsi… Épuisés… Heureux…

Samedi nous irons visiter les alentours, nous irons peut être à la mer… Nous profiterons de nous, du moment… Et nous ferons encore l’amour… Qu’importe l’avenir ensuite… Nous aurons vécu le présent…